lundi 19 novembre 2012

La cabane dans les arbres

Quand vous terminez le questionnaire, entrez le code professeur "laclassedefabienne" pour me'envoyer vos résultats !



mercredi 14 novembre 2012

Les aliments

Utilisez la fonction "Plein écran" pour faire l'exercice.

Spécialités régionales

Faites les deux activités suivantes dans l'ordre et utilisez le mode "Plein Ecran". 1- 2-

A vos conjugaisons !! L'imparfait

L’imparfait est un temps du passé qui accompagne le passé composé, sa fonction est de décrire l’état des choses dans le moment passé. 


La formation

C’est une formation simple avec des terminaisons régulières. 


C’est le radical du verbe au présent avec NOUS  +  les terminaisons de l’imparfait.





Présent
Terminaison de l’Imparfait
Imparfait
je
PARLE
-ais
parlais
tu
PARLES
-ais
parlais
il
PARLE
-ait
parlait
nous
PARLONS
-ions
parlions
vous
PARLEZ
-iez
parliez
ils
PARLENT
-aient
parlaient
Attention à ces verbes
Présent


Infinitif
NOUS
On ajoute
Imparfait
Prendre
prenons
-ais
Je prenais
Dire
disons
-ais
Tu disais
Faire
faisons
-ait
Il descendait
Boire
buvons
-ions
Nous buvions
Vouloir
voulons
-iez
Vous vouliez
Finir
finissons
-aient
Ils finissaient

Seule exception
Etre : j’étais, tu étais, il était, nous étions, vous étiez, ils étaient.

L'utilisation
Dans le passé, l'imparfait nous aide à faire des descriptions et n'a pas l'obligation d'action terminée.

1- La description: il marque généralement une durée dans le passé.

exemples: 

Il faisait très froid ce matin-là.
Tu avais les yeux verts avant, non ?

2- L'habitude: il marque les actions habituelles.

exemple:

Quand j'étais petite, j'allais tous les jeurs à la piscine.

3- Avec des articulateurs de temps pour marquer l'habitude.

exemple:

tous les jours, souvent, parfois, de temps en temps, jamais, rarement, etc.

4- Avec QUAND comme articulateur, comme lien entre deux actions.

exemple:

Il partait quand je suis arrivé.

vendredi 9 novembre 2012

La grammaire est une chanson douce

Roman de Erik Orsenna paru en 2001


La grammaire est une chanson douce est une fantaisie joyeuse. Jeanne, la narratrice, pourrait être la petite sœur d'Alice, l'héroïne de Lewis Caroll, précipitée dans un monde où les repères familiers sont bouleversés.

Jeanne, dix ans, voyage beaucoup avec son frère aîné Thomas, quatorze ans. Leurs parents, divorcés, vivent chacun d'un côté de l'Atlantique. Un jour qu'ils se rendent en Amérique, le frère et la sœur sont pris dans une tempête inouïe ; leur bateau fait naufrage. Seuls rescapés, Jeanne et Thomas échouent miraculeusement sur une île inconnue.

C'est alors qu'ils réalisent qu'ils sont devenus muets, privés de mots : ils ne peuvent plus parler ! Accueillis par Monsieur Henri, un musicien poète et charmeur, ils vont découvrir un territoire magique, où les mots sont des êtres vivants, où ils ont leur ville, leurs maisons, leur mairie et leur… hôpital !

C'est une promenade dans la ville des mots, pleine d'humour et de poésie, où les règles s'énoncent avec légèreté. Les tribus de verbes et d'adjectifs, les horloges du présent et du passé s'apprivoisent peu à peu, au rythme des chansons douces de Monsieur HenriUne promenade à laquelle Jeanne vous invite.

Erik Orsenna a écrit là une critique, allégorique mais très claire, de l'évolution des méthodes pédagogiques du français. Mais ce livre est, avant tout, par sa naïveté, son évocation-hommage d'Henri Salvador et ses délicates aquarelles, un conte éducatif. Pour enfants, et pour ministres. 
Pascal Jourdana, L’humanité
01 Janvier 2002 - CULTURES